A l'affiche

Touchant, drôle, sexy.


Would you have sex with an Arab ? la guerre des pulsions internes, corporelles se trouve ainsi liée à la guerre politique car ici, dans la plus grande intimité, se joue une révolution.  Le sexe comme un instrument politique avait déjà été traité au cinéma par la comédie, le génial film de Michel Leclerc Le nom des gens où une pasonaria de gauche convertit les hommes à sa cause en couchant avec, ou par la métaphore, mais (même s’il ne s’agit pas là du propos complet du film), rarement la question avait été de traitée de manière aussi franche et juste.

Histoire :
Un voyage dans la nuit, de rencontres en rencontres, des bars de Tel-Aviv aux ruelles de Jérusalem. On s’embarque sur un tapis volant. Dans les boites de nuit, on danse, on rit, on s’amuse. Le lever du jour sur le son techno d’une rave party en plein air. Et pour finir, un baiser inouï sur la plage. Un premier baiser. Des Juifs, des Arabes, tous citoyens d’un même pays. Israël. Aucun mur ne les sépare. Un Israélien sur cinq est arabe. Et pourtant… Une simple question vient prendre tout le monde par surprise.
Aux uns : « Would You Have Sex With an Arab? »
Aux autres: « Would You Have Sex With An Israeli Jew? »
Ils ne s’y attendent pas. Troublés, ils rient, hésitent, improvisent, s’étonnent de leurs propres réactions. Beaucoup n’y avaient même pas pensé. Être ensemble ? Une barrière invisible apparaît. Le désir, aussi. Peut-être…

Réalisé par : Yolande Zauberman

Genre : Documentaire
Would you have sex with an Arab? est un film documentaire signé Yolande Zauberman. Cette réalisatrice française n’en est pas à son premier coup d’essai, Would you have sex with an Arab? étant son huitième long métrage. Naviguant entre documentaires et films de fiction, elle a notamment mis en scène Une Caste criminelle et Moi Ivan, toi Abraham, tous deux présentés à Cannes. Elle a également signé le scénario de la comédie Tanguy d’Étienne Chatiliez, et a eu l’idée dAgathe Cléry, mis en scène par le même réalisateur.

Plutôt que de s’attaquer de front au conflit israélo-palestinien en interrogeant directement des Israéliens sur le sujet, la réalisatrice Yolande Zauberman leur a posé une question plus personnelle, à savoir « Coucheriez-vous avec un Arabe ? » quand elle s’adressait à une personne juive et « Coucheriez-vous avec un Juif israélien ? » quand elle rencontrait des Arabes. Une façon détournée de les faire parler de leurs positions face à ce conflit interminable, et de donner la parole aussi bien aux Juifs qu’aux Arabes.

Le film a été tourné de façon très simple par une équipe réduite à trois personnes : « Je cadrais, Selim Nassib prenait le son et Elanit Leder brandissait une lampe de poche. Pour les gens interrogés, on était comme un oiseau ou une pieuvre qui se déployait autour d’eux. Selim, Elanit et moi, nous créions une espèce de microclimat visiblement agréable pour les autres. Tout s’est fait sur une base de confiance. Pour avoir fait des films dans la clandestinité, je sais combien cela est important. Je sais combien le désir des gens est nécessaire pour que le film existe« , explique Yolande Zauberman.

Selim Nassib, le complice de Yolande Zauberman sur le film, a longtemps été le correspondant de Libération au Proche-Orient. Il déclare à propos du film : « Would You Have Sex With An Arab? avait l’air d’une blague. Je ne l’ai absolument pas prise au sérieux, même quand Yolande a sorti sa petite caméra dans un bar de Tel-Aviv, au milieu de la nuit, et posé la question – en tremblant un peu, comme un enfant qui se met au défi d’oser. La première réponse est venue, puis la seconde, la troisième, étonnées, sincères, nues. Je n’en croyais pas mes oreilles : la question ouvre, donne une fraîcheur, fait parler les gens dans ce pays où, sur ce sujet, il est devenu quasiment impossible de parler, écrire, lire, etc. »

Le conflit israélo-palestinien, qui dure depuis des décennies, a très régulièrement été abordé au cinéma. Parfois dans des documentaires, comme c’est le cas de Would you have sex with an Arab?, d’autres fois à travers des films de fiction. Récemment, on peut par exemple citer la comédie Le cochon de Gaza (2011) ou le drame Le Fils de l’autre (2012).

Le film a été présenté dans la section « Horizons » du Festival de Venise 2011. Cette sélection, qui met en lumière des nouvelles formes d’expression du cinéma contemporain, regroupe des longs, des moyens et des courts métrages de fiction, mais également des documentaires venus du monde entier.

|
 

Récemment à l’affiche


Haut de page ↑

A propos

Judaiciné est une agence conseil (réalisation, programmation, distribution),
créateur d’événements (avant-premières,festivals, colloques),
producteur de contenus multimédia (internet, radio, presse),
Judaiciné met en relation les créateurs, les œuvres et les publics.

Newsletter