A l'affiche

Sous la ville : cachés dans les égoûts et sauvés de la Shoa


Après une nomination à l’Oscar du meilleur film en langue étrangère cette année, Sous la ville de la Polonaise Agnieszka Holland trouve en fin le chemin des salles françaises.

Déjà auteur de plusieurs films sur la Shoah, la réalisatrice polonaise Agnieszka Holland ne voulait plus y revenir : question de « santé mentale », selon elle. Mais l’histoire incroyable de onze juifs du ghetto de Lvov obligés de se cacher dans les égouts pour survivre l’a fait changer d’avis. Le film qu’elle en a tiré, Sous la ville, sort ce mercredi sur les écrans français, après avoir été présenté aux festivals de Toronto et de Berlin en 2011, et avoir été nommé aux Oscars de 2012 dans la catégorie « meilleur film étranger ».

1944, en Pologne occupée : le ghetto de Lvov (aujourd’hui en Ukraine) va être rasé et ses habitants juifs déportés. Plusieurs d’entre eux creusent un tunnel sous leur maison pour se réfugier dans les égouts de la ville. Ils se font surprendre par Leopold Socha, un Polonais chrétien, employé municipal qui s’enrichit en faisant de la contrebande. L’employé accepte de les aider en se faisant payer. Mais quand l’argent vint à manquer, contre toute attente, et alors que les Allemands sont impitoyables avec les Polonais qui aident les Juifs, Leopold Socha va continuer à apporter à « (s)es juifs », comme il les appelle, de quoi survivre.

Les onze juifs – dont deux enfants, une fillette et son petit frère – ont passé en tout quatorze mois dans les égouts de Lvov, au milieu des rats que le garçonnet avait apprivoisés. Une femme, enceinte, accouche d’un petit parçon, que, désespérée, elle finira par étouffer. « Tous les faits sont véridiques. Un couple fait l’amour. Mon ami Marek Edelmann, l’un des chefs du soulèvement du ghetto de Varsovie, me disait qu’il n’avait jamais été aussi actif sexuellement qu’à cette époque. C’était indispensable pour se sentir vivant », rapporte la réalisatrice qui indique avoir conservé les vrais noms des protagonistes sauf celui de la femme qui a étouffé son bébé.

|
 

Récemment à l’affiche


Haut de page ↑

A propos

Judaiciné est une agence conseil (réalisation, programmation, distribution),
créateur d’événements (avant-premières,festivals, colloques),
producteur de contenus multimédia (internet, radio, presse),
Judaiciné met en relation les créateurs, les œuvres et les publics.

Newsletter