A l'affiche

Silence assourdissant


Sortie cette semaine sur les écrans de La cité muette de Sabrina Van Tassel

C’est en 2010, alors qu’elle travaille sur son documentaire La Tribu de Rivka, que Sabrina Van Tassel découvre l’existence de la Cité de la Muette. Stupéfaite de comprendre que ce qui correspond à un ancien camp de concentration est toujours habité, la cinéaste décide de faire un film sur cet endroit afin de répondre aux questions qu’elle se pose :

Qui étaient ces gens qui habitaient dans un ancien camp ? Qui avait orchestré ça ? Pourquoi n’était-ce pas un musée? Pourquoi n’étais-je pas au courant de l’existence de ce lieu, moi pour qui le seul mot de Drancy évoquait immédiatement la déportation et la mort ?

L’histoire : La Muette est une cité HLM de la région parisienne. Pourtant derrière ces murs se cache l’ancien camp de Drancy où près de 80 000 juifs furent internés avant d’être envoyés pour la majorité d’entre eux vers les camps de la mort. Les habitants d’hier et d’aujourd’hui s’y croisent comme si la tragédie était attachée à son sol et à travers le temps…

Camp de transit pour les juifs déportés de France, le camp de Drancy n’internait au départ que des hommes. Mais après la Rafle du Vélodrome d’Hiver, en juillet 1942, des femmes et des enfants se retrouvèrent également internés. Au total, ce sont 63 000 juifs qui furent déportés du camp de Drancy, essentiellement vers Auschwitz. C’est en raison de ce grand nombre de personnes déportées que l’on attribua au camp de Drancy, le surnom d’ »antichambre de la mort ».

Rétrospectivement, on estime à 76 000 le nombre de juifs déportés de France. Un chiffre considérable, malgré le « peu » de camps de concentration que la France comptait. Pour autant, le camp de Drancy a durablement marqué les esprits et demeure l’un des endroits en France où le devoir de mémoire de la Shoah est le plus important. Conseiller historique sur le film, l’historien Serge Klarsfeld évoque l’endroit en ces termes :

Drancy est le lieu le  plus connu dans le monde entier de la mémoire de la Shoah en France : dans la crypte de Yad Vashem (Jérusalem) où sont gravés dans la pierre les lieux les plus notoires de concentration et d’extermination des Juifs, Drancy est le seul lieu de mémoire français à figurer

|
 

Récemment à l’affiche


Haut de page ↑

A propos

Judaiciné est une agence conseil (réalisation, programmation, distribution),
créateur d’événements (avant-premières,festivals, colloques),
producteur de contenus multimédia (internet, radio, presse),
Judaiciné met en relation les créateurs, les œuvres et les publics.

Newsletter