A l'affiche

Retour aux sources


Nos plus belles vacances, retrace l’histoire d’une grande famille qui se retrouve le temps d’un été, en 1976.

Histoire :

Juillet 1976, année de la canicule. Claude, juif d’Algérie arrivé en France quinze ans plus tôt, emmène sa jeune femme Isabelle, ses deux garçons et sa belle mère en Bretagne. C’est Isabelle, ayant pris Claude en flagrant délit d’adultère, qui a choisi pour les vacances le petit village où elle est née. Dès le lendemain de leur arrivée, Bernard et Bernadette, Jacky et Marie-France, deux couples d’amis, les y rejoignent.

Au Rocher Abraham, ils sont accueillis avec méfiance par les autochtones à l’accent rugueux comme leurs mains… Principalement au café Pondemer, le café du village où les hommes se retrouvent. Juifs pieds-noirs, bretons catholiques, Parisiens, provinciaux…  la cohabitation n’est pas facile. Mais ce sont des hommes avant tout. Des vrais. Alors peu à peu, avec beaucoup d’humour, avec humanité, avec empathie, les choses vont évoluer, des liens se tisser…

Le passé, les vieilles rancœurs, les inimitiés, seront balayés ! Laissant la place à l’amitié, aux émotions, aux amours de vacances… Des moments de vie qu’on n’oublie pas. Sentiments humains que chacun de nous connaît… Et le couple Claude-Isabelle qui se ressoude. Au Rocher Abraham, à vingt cinq kilomètres de la mer, même Bibou et Simon, deux frères complices, vont vivre un bel été. Leurs plus belles vacances ! Pour Simon surtout, qui va connaître ses premiers émois, son premier baiser, son premier amour.

Réalisé par : Philippe Lellouche

Avec : Philippe Lellouche, Julie Gayet, Gérard Darmon, Vanessa Demouy, Christian Vadim.
Genre : Comédie, Famille
Nationalité : Français
durée : 1h34mn

Catholique par sa mère et juif par son père, Philippe Lellouche se sent comme partagé entre deux cultures, situation pour le moins complexe lorsqu’on cherche à se forger une identité. Il se souvient que les habitants du village de Bretagne où il avait coutume de passer ses vacances le regardaient comme un étranger. Il a cherché à retraduire cette altérité avec humour dans son film Nos plus belles vacances.
Il a en partie écrit ce film pour que lui et son frère Gilles Lellouche soient enfin réunis à l’écran, conformément à la volonté de leur défunt père.
Toute première œuvre recèle une part d’autobiographie. La sienne n’échappe pas à la règle : Lorsque je me suis interrogé sur ce que je portais de plus fort en moi, la réponse alors fut évidemment : notre histoire familiale, avoue Philippe Lellouche.
Il s’étonne encore aujourd’hui de la façon dont le village de son enfance a repris vie sous ses yeux, grâce au travail d’une équipe qui s’est acharnée à reconstituer la France des années 1970. Il plaisante en déclarant qu‘on se sent un peu Dieu à ce moment-là !

Philippe Lellouche a laissé beaucoup de liberté à ses acteurs, leur donnant peu de directives. Pour lui, l’important n’est pas de « jouer », mais d’ »être ». Les acteurs ont fortement apprécié cette méthode de travail. Conscient de son manque d’expérience en tant que cinéaste, il admet être resté humble et avoir demandé conseil à toute son équipe, en leur adressant ce message : Aidez-moi, j’ai besoin de vous tous, c’est mon histoire mais elle ne se fera pas sans vous. C’est un premier film or si vous pensez que parfois je fais fausse route, dites-le moi.

 

|
 

Récemment à l’affiche


Haut de page ↑

A propos

Judaiciné est une agence conseil (réalisation, programmation, distribution),
créateur d’événements (avant-premières,festivals, colloques),
producteur de contenus multimédia (internet, radio, presse),
Judaiciné met en relation les créateurs, les œuvres et les publics.

Newsletter