A l'affiche

Moïse défia Ramsès, Ridley Scott défie Cecil B. DeMille


L’histoire d’un homme qui osa braver la puissance de tout un empire.
Ridley Scott nous offre une nouvelle vision de l’histoire de Moïse, leader insoumis qui défia le pharaon Ramsès, entraînant 600 000 esclaves dans un périple grandiose pour fuir l’Égypte et échapper au terrible cycle des dix plaies.

Lorsque Ramsès rejette la demande de Moïse pour la libération des Hébreux, l’Égypte est soudainement frappée par une série de fléaux. Autant de phénomènes à la fois abominables et incroyables que les conseillers de Ramsès tentent d’expliquer scientifiquement.
La première des dix plaies à s’abattre sur le pays a été la folie des crocodiles qui s’entre-dévorèrent dans le Nil sous le regard médusé des navigateurs. Les flots de sang firent littéralement rougir le fleuve d’où émergèrent à la surface des bancs de poissons morts, privés d’oxygène. Ce furent ensuite des hordes de grenouilles qui envahirent en masse les rues de Pi-Ramsès ainsi que le palais du pharaon, toutes en quête de nourriture.

Pour mettre en scène l’invasion, la production a utilisé 400 grenouilles gérées par six dresseurs – plus un chien ! – et encadrées par une clôture de plus d’un mètre de haut. Golshifteh Farahani, qui incarne Néfertari, a fait preuve de courage lors des multiples prises de la scène où elle doit faire semblant de dormir alors qu’on lui déverse des grenouilles vivantes sur la tête qui viennent s’empêtrer dans sa longue chevelure.

Après la mort des terribles amphibiens, c’est au tour des insectes d’émerger de leurs cadavres en voie de décomposition et rongés par les vers. Les mouches sont tellement nombreuses que les rues de la ville disparaissent sous l’épais manteau qu’elles forment. Le superviseur des effets visuels Peter Chiang précise :

Nous avons envisagé sous un angle nouveau la représentation des plaies d’Égypte. Les insectes sont très distincts et leurs mouvements apparents. L’invasion suivante, celle des sauterelles, a un aspect encore plus inquiétant dans la façon dont elles bougent et grouillent.

Ensuite, c’est autour des corps de la plupart des Égyptiens de se couvrir de lésions et de pustules. La nuit voit pleuvoir des grêlons de la taille d’une pierre.

Poussées à leur extrême, les lois de la nature – soutenues par l’intervention divine – pourraient encore expliquer ces phénomènes, mais le dernier fléau qui s’abat sur le pays est surnaturel : tous les premiers-nés d’Égypte, dont le fils du pharaon, meurent durant la nuit. Quand Ramsès découvre qu’aucun enfant d’esclaves hébreux n’a été victime du massacre, il leur ordonne enfin de quitter le territoire. Mais il ne renonce pas pour autant puisqu’il envoie à leurs trousses une armée chargée de les tuer.

Moïse et ses 400 000 hommes mal armés s’engagent dans un long périple, chargés des maigres ressources qu’ils ont pu emporter : ils doivent traverser des montagnes menaçantes pour rejoindre les rives de la mer Rouge et la franchir via un gué jadis emprunté par Moïse.

À l’arrivée à la mer Rouge, talonné par l’armée égyptienne, Moïse comprend qu’il s’est trompé de chemin et qu’il a dépassé la zone praticable des eaux peu profondes. C’est l’impasse pour le leader et son peuple, coincés entre une mer immense et des milliers de soldats égyptiens. Alors que Ramsès prépare l’assaut final, Moïse réalise que la marée se retire à une vitesse fulgurante, livrant un nouveau passage que le peuple hébreu s’empresse d’emprunter. Une fois sa traversée achevée, le peuple sauvé voit les troupes de Ramsès être englouties par une gigantesque vague.

|
 

Récemment à l’affiche


Haut de page ↑

A propos

Judaiciné est une agence conseil (réalisation, programmation, distribution),
créateur d’événements (avant-premières,festivals, colloques),
producteur de contenus multimédia (internet, radio, presse),
Judaiciné met en relation les créateurs, les œuvres et les publics.

Newsletter