A l'affiche

Mobile étoile le nouveau film de Raphaël Nadjari enchantant


Portés par la musique, rien n’ arrête Hannah, Daniel et leur fils David : la première est chanteuse lyrique, le deuxième pianiste, le troisième violoniste.

Ensemble, à Montréal, ils se battent pour continuer à faire entendre des musiques juives du XIXème siècle, dont il leur faut parfois exhumer des partitions fragiles et incomplètes…

Beauté inouïe des moments musicaux, quête magnifique pour maintenir en vie un pan de mémoire qui sans eux s’éteindrait : ils sont « les seuls détenteurs de cette musique dans le monde ».

S’il y a des conquêtes plus grandes aux yeux de certains, celle-ci est la leur, elle en devient unique et immense : « On ne peut pas perdre cette musique-là. », dit Daniel, comme un constat, une certitude, une nécessité.

La caméra de Raphaël Nadjari (The Shade, Tehilim, Une histoire du cinéma israélien), mouvante et aux aguets, est toujours sur le vif, suivant les pas de Géraldine Pailhas, superbe en petit soldat menant toute sa troupe d’artistes conquérants (Luc Picard, Eleonore Lagacé), approchant les visages, épousant le visible (les corps) et l’invisible (les envolées de notes).

Ce portrait d’une famille d’artistes, doublé d’une passation de savoir et d’amour d’une génération à l’autre est constamment vibrant.

|
 

Récemment à l’affiche


Haut de page ↑

A propos

Judaiciné est une agence conseil (réalisation, programmation, distribution),
créateur d’événements (avant-premières,festivals, colloques),
producteur de contenus multimédia (internet, radio, presse),
Judaiciné met en relation les créateurs, les œuvres et les publics.

Newsletter