A l'affiche

La fin de l’innocence


Il y a un certain renouveau du cinéma israélien grâce à une génération de cinéastes qui propose un cinéma moderne et dynamique obnubilé par la situation politique et militaire de leur pays. Rock the casbah, film de Yariv Horowitz se situe dans cette famille de cinéma qui emprunte les règles du cinéma de genre pour mieux pouvoir explorer Israël et ses contradictions intérieures. Il y a aussi,  Valse avec Bashir d’Ari Folman, ou encore Lebanon de Samuel Maoz, épatant long-métrage se déroulant exclusivement à l’intérieur d’un tank durant la guerre du Liban ou Le Policier de Navad Lapid qui proposait une réflexion tétanisante en forme de dialectique sur les disparités sociales au sein de la société israélienne.

Histoire :
Quelque part dans Gaza, une unité de soldats israéliens patrouillent. Un des soldats est tué par une machine à laver lancée du haut d’un toit. Quatre soldats sont réquisitionnés afin de trouver le responsable, Ils sont cantonnés sur le toit d’où a été lancée la machine à laver. Une relation d’occupants à occupés se noue avec les habitants du quartier. Une population qui tout à la fois les craint et les hait et qui va rendre leur vie d’adolescents bien compliquée. La situation va basculer dans l’absurde quand un des soldats va « égarer » le prisonnier responsable de la mort de leur camarade.

Réalisé par  Yariv Horowitz
Avec : Yon Tumarkin, Roy Nik, Henry David
Durée : 1h28min
Pays de production : Israël

Coulisse du film :

Le réalisateur Yariv Horowitz avait lui-même été enrôlé dans l’armée israélienne, appelée aussi Tsahal, lorsqu’il était plus jeune, à la manière des personnages de son film Rock the Casbah. Il raconte :

Enfant, j’ai toujours été fasciné par les films de guerre. Cette attirance s’est confirmée quand j’ai grandi et commencé à comprendre la situation politique dans laquelle je vivais. Quand mes amis et moi nous sommes retrouvés enrôlés, en uniforme de l’armée, j’ai commencé à vraiment comprendre l’idée de la perte de l’innocence.

Rock the Casbah est l’une des chansons les plus connues de The Clash, sortie pour la première fois en 1982 sur leur album Combat Rock. Il s’agit d’un de leurs rares morceaux à avoir atteint le top 10 aux États-Unis, atteignant la 8e position du Billboard Hot et constitue l’un des plus grands succès du groupe.
La chanson ne fait pas mention nominativement de l’Iran, ni d’un autre pays islamique. Les paroles contiennent un mélange de termes arabes, d’hébreux, hindis et d’Afrique du Nord.

|
 

Récemment à l’affiche


Haut de page ↑

A propos

Judaiciné est une agence conseil (réalisation, programmation, distribution),
créateur d’événements (avant-premières,festivals, colloques),
producteur de contenus multimédia (internet, radio, presse),
Judaiciné met en relation les créateurs, les œuvres et les publics.

Newsletter