A l'affiche

C’est l’histoire d’un homme ni plus ni moins


Mention spéciale pour Paul Giamatti, qui une nouvelle fois fait d’un film SON film, et s’impose comme étant l’un des acteurs les plus en vogue et les plus prometteurs du moment. On en redemande !

Histoire :

Barney Panofsky, un homme apparemment ordinaire mène une existence extraordinaire. Sa première femme Clara, est une rousse incendiaire, infidèle et libre d’esprit… La seconde « madame P. » est une riche princesse juive préoccupée par son paraître. Miriam sa troisième épouse, deviendra la mère de ses deux enfants et l’amour de sa vie. Barney est soupçonné d’avoir assassiné Boogie, son ami qu’il admire. Sa disparition entraîne Barney dans le dédale de sa vie…

Réalisateur : Richard J. Lewis

Avec : Paul Giamatti, Rosamund Pike, Minnie Driver 

Titre original : Barney’s Version 


Genre : Comédie dramatique

Durée : 2h12min

Année de production : 2010

Le monde de Barney, enfin en DVD se classe directement dans les meilleures productions du genre, évidemment grâce à son casting de choc, mais surtout grâce à sa narration passionnante et le nombre considérable d’émotions qu’il procure, mises en scène par le biais des trois parties sa vie.
Barney n’est pas un homme merveilleux, il a fait des choses merveilleuses, ainsi que d’autres pas très Catholiques (ou Juives, dans le cas présent), c’est juste un homme, ni plus, ni moins, qui par l’interprétation poignante de Giamatti en devient touchant et grandiose. L’épaulent dans tout cela la direction parfaite signée Richard J. Lewis, qui est bien loin de la série Les experts, ainsi que la photographie, aux couleurs chaudes, assurée par Guy Dufaux, qui s’était illustré avec Les invasions barbares, entre autres.

Les 135 minutes de la bobine pourraient faire peur, mais c’est si bien ficelé que ça file à toute allure, au point que l’on regrette de devoir quitter Barney à la fin de la séance, comme si soudainement il venait de mourir.

On appréciera la présence de Rosamund Pike, pétillante, Minnie Driver, diablement hystérique, Scott Speedman, hilarant en junkie, ou encore Jake Hoffman, le fils de Dustin, qui commence à s’imposer suffisamment pour ne plus se limiter à de la figuration.
Pour conclure, si les récits de vies simples mais narrées de façon enivrante vous plaisent, alors Barney aura toutes les raisons de trouver une place dans votre coeur.

Le Monde de Barney est une adaptation du roman éponyme de Mordecai Richler, paru en 1997. C’est la 21ème fois qu’un livre de l’auteur canadien est porté à l’écran.
C’est l’amour porté au personnage de Barney Panofsky qui a poussé Robert Lantos à adapter le livre : « J’ai lu Le Monde de Barney quand Mordecai Richler m’a envoyé le manuscrit. Le personnage de Barney me parlait. C’est l’histoire d’une vie pleinement vécue par un homme avec ses défauts et ses faiblesses mais au grand coeur. Je suis particulièrement attiré par ceux qui sont incompris ou dépréciés par tout le monde. » Il ajoute : « Le livre me hantait. C’était le meilleur livre jamais écrit, de surcroît par l’un de mes auteurs préférés. »

 

|
 

Récemment à l’affiche


Haut de page ↑

A propos

Judaiciné est une agence conseil (réalisation, programmation, distribution),
créateur d’événements (avant-premières,festivals, colloques),
producteur de contenus multimédia (internet, radio, presse),
Judaiciné met en relation les créateurs, les œuvres et les publics.

Newsletter