A l'affiche

Ce que le jour doit à la nuit, a retouver dans les bacs


Ce que le jour doit à la nuit, d’après le best-seller de Yasmina Khadra, est une plongée en pleine Algérie française. Les histoires de Younes, de Simon, de Djelloul ou encore d’Emilie permettent à Alexandre Arcady de conter « l’Histoire avec un grand H ».

 

Histoire :

Algérie, années 1930. Younes a 9 ans lorsqu’il est confié à son oncle pharmacien à Oran. Rebaptisé Jonas, il grandit parmi les jeunes de Rio Salado dont il devient l’ami. Dans la bande, il y a Emilie, la fille dont tous sont amoureux. Entre Jonas et elle naîtra une grande histoire d’amour, qui sera bientôt troublée par les conflits qui agitent le pays.

Réalisé par : Alexandre Arcady
Avec :  Nora Arnezeder, Fu’ad Ait Aattou, Anne Parillaud
Genre : Drame, Historique, Romance
Nationalité : Français
Durée : 2h39

Ce que le jour doit à la nuit est l’un des plus gros succès de la carrière de l’auteur Yasmina Khadra. Il s’agit de son livre le plus vendu dans des pays comme le Japon, le Canada, la Belgique ou encore l’Espagne. Il a reçu de nombreuses récompenses, comme le prix roman France Télévisions en 2008, et a été élu Meilleur livre de l’année 2008 par la revue « Lire ». Le roman a aussi obtenu un grand succès en France puisqu’il y est le deuxième roman le plus vendu de Khadra derrière L’attentat. Ce que le jour doit à la nuit est aussi énormément lu en Algérie, ce qui rend Khadra fier, car c’est en pensant aux Algériens qu’il a écrit ce livre : « J’ai écrit un livre pour les Algériens d’hier et d’aujourd’hui, des Algériens que j’aime malgré leurs défauts. »

L’adaptation de ce roman a permis à Alexandre Arcady de raconter l’histoire de l’Algérie du point de vue de jeunes gens d’une vingtaine d’années : « Ce que le jour doit à la nuit est un roman qui parle de la jeunesse, un roman sur la jeunesse, un roman sur des jeunes gens et des jeunes filles qui sont à l’orée de leur vie, pour lesquels tout est possible, auxquels tout va arriver : l’amour, la passion, la mort, la tristesse, la tragédie… », explique-t-il. Cette manière d’aborder l’histoire a changé les habitudes de récit du cinéaste : « Jusqu’à maintenant, on racontait – moi compris – la génération des parents, pas celle de ces jeunes gens qui avaient 20 ans dans les années 50 et qui vivaient dans une autre région de France comme on vivait alors en Corse, en Bretagne, en Provence… Avec des codes, une façon d’être et une certaine insouciance. »

|
 

Récemment à l’affiche


Haut de page ↑

A propos

Judaiciné est une agence conseil (réalisation, programmation, distribution),
créateur d’événements (avant-premières,festivals, colloques),
producteur de contenus multimédia (internet, radio, presse),
Judaiciné met en relation les créateurs, les œuvres et les publics.

Newsletter