A l'affiche

Ces garçons reviennent du Brésil, 30 ans aprés…


Le film de Franklin J. Schaffner, The Boys from Brazil ressort sur grand écran après 3 décennies.

Le 5 septembre 1978, The Boys from Brazil (Ces garçons qui venaient du Brésil) sort sur les écrans américains et 1979 en France.

Tiré d’un roman d’Ira Levin, ce film a comme particularité de mixer les genres avec brio.

Une particularité due en grande partie à son auteur, romancier de science-fiction reconnu pour son inventivité Ira Levin a souvent vu son œuvre faire l’objet d’adaptations sur grand écran. Prix du meilleur acteur pour Laurence Olivier, par la National Board of Review en 1978.
Nomination à l’Oscar du meilleur acteur pour Laurence Olivier, meilleure musique et meilleur montage, en 1979.
Nomination au prix du meilleur film de science-fiction, meilleur réalisateur, meilleur scénario, meilleure musique, meilleur acteur pour Laurence Olivier et meilleur second rôle féminin pour Uta Hagen, par l’Académie des films de science-fiction, fantastique et horreur en 1979.
Nomination au Golden Globe du meilleur acteur pour Gregory Peck en 1979.

Histoire:

Vienne, Autriche, à la veille des années 1980. Ezra Lieberman est un célèbre chasseur de nazis , inspiré par Simon Wiesenthal qui vit avec sa sœur dans un vieil appartement. Il reçoit un jour l’appel d’un jeune juif, Barry Kohler, en provenance du Paraguay. Ce dernier a retrouvé la trace de nombreux officiers nazis et pense qu’un complot se prépare. Malgré les recommandations de Lieberman qui lui suggère vivement de quitter le pays pour sa propre sécurité, Kohler décide d’en savoir plus. Après avoir découvert la villa où se tiendra une réunion secrète, il soudoie un jeune domestique afin d’y placer un micro. Le stratagème fonctionne.

Le chef de cette conspiration n’est autre que le macabre Josef Mengele, ancien médecin du camp d’extermination d’Auschwitz, et connu pour les expériences pseudo-médicales qu’il effectua sur les prisonniers pendant la Seconde Guerre mondiale.
Mengele décrit à ses comparses le projet d’assassinat dans les deux ans de 94 fonctionnaires à travers le monde. Tous ont pour point commun d’être pères de famille, sexagénaires et d’avoir une épouse beaucoup plus jeune qu’eux. Ces assassinats doivent passer pour des accidents.
Pendant que le jeune Barry enregistre la conversation, le micro est surpris. Il s’enfuit, rejoint son hôtel, téléphone à Lierberman et lui fait écouter la cassette juste avant d’être assassiné. Le vieil Ezra, d’abord dubitatif, va mener son enquête !

Grâce aux nombreux articles de presse que lui transmet un ami reporter, il rend visite aux veuves dont le mari sexagénaire a subitement perdu la vie.
Quel n’est pas son étonnement lorsqu’il rencontre, à des milliers de kilomètres d’intervalle, les fils de ces malheureux , ils se ressemblent trait pour trait . De plus, ils ont tous été adoptés.
Alors que les meurtres se poursuivent, la curiosité et surtout la notoriété de Lieberman affolent les commanditaires. Ils stoppent le projet contre l’avis de Mengele. Trop tard ! Le chasseur de nazis découvre l’horrible vérité , ces jeunes garçons éparpillés en Amérique et en Europe sont les clones d‘Adolf Hitler. Leur complot dévoilé, les officiers nazis brûlent la maison de Joseph Mengele, effacent les traces mais le ratent de justesse. Celui-ci a déjà pris l’avion pour le Canada afin de poursuivre son œuvre et éliminer l’encombrant chasseur juif.

Film interdit aux moins de 16 ans lors de sa sortie en France
Réalisé par : Franklin J. Schaffner
Avec : Gregory Peck, Laurence Olivier, James Mason, Lilli Palmer, Uta Hagen, Steve Guttenberg, Denholm Elliott, Rosemary Harris, John Dehner, John Rubinstein.

Genre : Thriller
Pays : USA
Durée : 2h03

Titre original : The Boys from Brazil


|
 

Récemment à l’affiche


Haut de page ↑

A propos

Judaiciné est une agence conseil (réalisation, programmation, distribution),
créateur d’événements (avant-premières,festivals, colloques),
producteur de contenus multimédia (internet, radio, presse),
Judaiciné met en relation les créateurs, les œuvres et les publics.

Newsletter