Actualités

Emmanuel Naccache est très Mossad en ce moment


C’est en pleine post-production de sa comédie d’espionnage franco-israélienne Kidon que Judaïciné a rencontré Emmanuel Naccache.

Basée sur les événements de février 2010 à Dubaï, où l’assassinat de Mahmoud al-Mabhouh, un responsable du Hamas palestinien est généralement attribué au Mossad israélien, le réalisateur nous propose une vision très personnelle des événements.

Judaïciné : Comment définiriez-vous le genre de votre film Kidon ?

Emmanuel Naccache : Plutôt comme une comédie d’espionnage avec de nombreux rebondissements. C’est toujours compliqué de se comparer à d’autres films; disons que si je devais mettre mon film dans une DVDthèque, ce serait tout à côté de la série Ocean’s Trilogy de Steven Soderbergh

Judaïciné : Le point de départ de l’histoire du film est l’assassinat d’un responsable du Hammas palestinien à Dubaï. Une opération que la presse de l’époque a attribuée aux services secrets israéliens…

Emmanuel Naccache : Oui, ce qui est magnifique avec l’espionnage, c’est qu’on ne sait jamais exactement ce qui s’est passé…
Tout le monde a vu les éléments rendus publics par la presse, les photos, les caméras de surveillance… J’ai repris ces éléments…et j’ai rempli les vides à ma manière (rires)

Judaïciné : Parlez-nous de votre casting, il est impressionnant…

Emmanuel Naccache : En effet, et des deux côtés de la Méditerranée ! Comme acteurs français, il y a Tomer Sisley, Kev Adams, Lionel Abelanski qui jouait déjà dans mon premier film Le syndrome de JérusalemHyppolite Girardot et Élodie Hesme
Et je les ai fait jouer avec le « fleuron » du cinéma israélien à savoir Samson Gabaï (La visite de la fanfare, ndr), Bar Refaeli, Haim Znaty, Raymonde Amssalem, Amos Tamam… C’est un mélange assez magique ! Beaucoup de préparation parce que le film est en hébreu et en français en même temps, une sorte de « grand bordel méditerranéen » ! Ça a été un grand bonheur…


Judaïciné : Que veut dire Kidon ?

Emmanuel Naccache : Littéralement, ça veut dire «baïonnette», mais c’est le nom de l’unité combattante du Mossad, celle qui serait intervenue si ça avait bien été les services secrets israéliens qui avaient été impliqués dans cette histoire…

Judaïciné : Où avez-vous tourné ?

Emmanuel Naccache : Tout a été tourné en Israël; à Tel-Aviv et dans ses environs, où nous avons construit des décors et également à Eilat pour l’action censée se passer à Dubaï. Vous verrez, c’est très convaincant (rires).

Le film Kidon devrait sortir en France fin d’année 2013

 

|
 

Haut de page ↑

A propos

Judaiciné est une agence conseil (réalisation, programmation, distribution),
créateur d’événements (avant-premières,festivals, colloques),
producteur de contenus multimédia (internet, radio, presse),
Judaiciné met en relation les créateurs, les œuvres et les publics.

Newsletter